S.N.C.C

Syndicat National de la Chasse

et des Chasseurs

 

Villa Saint Hubert

24370 Saint Julien de Lampon

(  05.53.29.05.94     È 06.18.35.29.82     &  05.53.28.81.96

Adresse  Internet

http://www.syndicatdelachasse.com           E-Mail : contact@syndicatdelachasse.com

 

à

 

Madame Nelly OLIN

Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable

  

 

 Objet :Réunion du 19 Janvier 2006

Dossier grippe aviaire

                       

            Madame la Ministre,

 

Permettez nous d’abord de vous présenter nos meilleurs vœux pour cette année 2006 et surtout que la chasse retrouve toute sa sérénité.

Dans le dossier de la Grippe Aviaire, par plusieurs courriers, nous vous avions relaté, notre étonnement, nos remarques et nos critiques sur les mesures prises par le gouvernement à l’encontre des chasseurs de gibier d’eau ( en copie courriers du 22 octobre 2005, du 26 octobre 2005 et du 27 novembre 2005, PJ N° 1A ; 1B ; 1C ) leur développement serait trop long, nous souhaitons uniquement reprendre quelques points essentiels pour nous permettre d’aborder l’actualité du moment en Turquie.

Lors de la rédaction de nos courriers, nous nous sommes référés à tous les documents et rapports et avis des organismes officiels reconnus et sur les conclusions de scientifiques mandatés.

L’Organisation Mondiale de la Santé Animale « OIE », l’AFSSA, l’ONCFS, l’ONFSH,

l’OMPO, les Experts de la Société Internationale des oiseaux d’eau .

La majorité des conclusions affirme que le risque de propagation de la Grippe Aviaire par les oiseaux migrateurs est nul ou négligeable.

Le Comité National de Lutte contre les Pestes Aviaires réuni le 21 octobre 2005, note dans son compte-rendu : Le risque est sur les oiseaux d’eau / oiseaux d’eau migrateurs (PJ N° 2).

Malgré ces avis les mesures restrictives contre la chasse sont en progression constante :

Le  25/10/2005 sont parus les Arrêtés du Ministère de l’Ecologie relatif à la suspension de l’emploi des appelants  et  du Ministère de l’Agriculture relatif à des mesures de protection des oiseaux vis-à-vis de l’influenza aviaire, ces  mesures ont été prolongées par l’Arrêté du  29 novembre 2005 du ministère de l'agriculture et de la pêche applicables jusqu’au 31 mai 2006, et par l’Arrêté du 29 novembre 2005 du ministère de l'écologie et du développement durable prolongeant ces mesures jusqu’à la fermeture de la chasse.

Le 13 janvier 2006, suite aux évènements en Turquie s’est tenue une réunion à Matignon sur l’influenza aviaire le Premier Ministre a informé par un point presse des dispositions et mesures nouvelles prises dont celle d’étendre le dispositif de confinement des volailles de 26 à 58 départements (PJ N°3).

Ces mesures sont certainement justifiées dans le cadre de la santé publique, de la protection des élevages de volailles destinées à la consommation, du point sanitaire pour les consommateurs et financier pour les éleveurs, mais tout à fait disproportionnées et injustifiées en ce qui concerne la chasse au gibier d’eau avec des appelants, qui ne sont pas en contact direct avec la volaille.

 

Nous souhaiterions vous présenter nos remarques et avoir votre avis sur nos questions :

Le 6 janvier 2006 est paru l’Actualisation du plan gouvernemental de lutte contre une pandémie grippale  n° 1700/SGDN/PSE/PPS du 6 janvier 2006 qui remplace le plan gouvernemental n° 1100 SGDN PSE PPS du 11 octobre 2004 ) (PJ N°4).

Paru au Journal Officiel de l’UE le 14 janvier 2006 : La Directive 2005/94/CE du Conseil du 20 décembre 2005  concernant des mesures communautaires de lutte contre l'influenza aviaire et abrogeant la directive 92/40/CEE (PJ N° 5).

Les décisions de rédiger ce plan et cette directive ont été prises avant les évènements de Turquie qui ne peuvent donc  en aucun cas influencer les mesures préconisées, mais démontrent que le problème de la grippe aviaire existait en Europe avant 1992, le plan du 11 octobre 2004 a été certainement élaboré suite à l’épidémie de grippe aviaire en 2003, qui avait ravagé les élevages de volailles aux Pays-Bas et en Belgique, dont le virus connu sous le type H7N7 n’a pas atteint la France, cette épidémie a été éradiquée et malgré un flux migratoire des plus intenses d’Europe et une présence  permanente de millions d’oiseaux migrateurs, depuis sans aucune mesure de confinement aucun foyer n’est ré-apparu dans ces deux pays, cela conforte la thèse de la non-prolifération du virus par les migrateurs.

Lors de cette épidémie aucune mesure de restriction n’a été prise en France concernant les appelants. 

 

Depuis 2003, un certain nombre de foyers de grippe aviaire ont été découverts en Asie du Sud-Est ( la Chine, le Vietnam, etc…), ayant provoqué environ 80 décès, puis en 2005 plusieurs pays asiatiques ont été touchés, puis quelques foyers signalés en Roumanie, Croatie et la Turquie, tout ces foyers semblent être atteints par le virus H5N1.

Cependant un premier constat :

Tous les foyers sont apparus dans des villages en zones très retirées dans une totale insalubrité, quelle eau boivent-ils ? Ils n’ont pas les moyens d’avoir un hygiène corporel, les conditions médicales, sanitaires, vétérinaires sont inexistants, les personnes vivent en permanence dans le même bâtiment voire dans la même pièce, dorment avec leurs volailles, ne changent pas d’habits.

Que donnent-ils comme nourriture à leurs volailles, qu’ils  manipulent et  abattent,  mêmes malades pour les consommer et donnent les entrailles aux autres volailles pour les nourrir.  

Toutes les conditions sont remplies pour le développement du virus et de permettre une contamination et d’infecter des personnes fragilisées, dans ces zones les soins médicaux  sont pratiquement inexistants, en cette période favorable au développement de la grippe humaine, il se peut que le virus H5N1 se soit recombiné sous une forme humaine sur ces personnes malades et mal soignées, possibilité d’explications de la situation en Turquie (PJ N°6).

Tous les foyers recensés dans les autres pays ont la même configuration, les mêmes causes, de ce fait on peut supposer que le virus a émergé et s’est développé sur place à cause des conditions, plutôt que d’avoir été véhiculé par un migrateur.

Pour conforter cette thèse, malgré toute la couverture médiatique mondiale, apparemment dans les pays en cause, aucune ville n’est contaminée.

D’autre part entre les premiers foyers de l’Asie du Sud-Est et la Turquie, de nombreux pays, pourtant traversés par les oiseaux migrateurs, n’ont pas recensé de foyers infectés sur leur territoire.

 

Selon une étude menée récemment au Vietnam

"Les résultats suggèrent que les symptômes sont le plus souvent relativement bénins et qu'un contact étroit est nécessaire pour une transmission à l'homme", souligne le Dr Anna Thorson, de l'université Karolinska de Stockholm, qui a participé à l'étude (PJ N° 7).

Celle-ci a porté sur 45.476 Vietnamiens sélectionnés au hasard dans une région rurale où la grippe aviaire est endémique dans les élevages de volailles, la province de Ha Tay (Nord). Plus de 80% vivaient dans des foyers possédant des volailles et un quart dans des foyers signalant des oiseaux morts ou malades.

Au total, 8.149 personnes ont déclaré avoir été victimes d'une maladie de type grippal avec fièvre et toux, et ceux qui étaient en contact direct avec les volailles mortes ou malades avaient 73% plus de probabilités d'avoir connu ces symptômes

Selon les chercheurs, entre 650 et 750 de ces affections pourraient être attribuées au contact direct avec des oiseaux morts ou malades. Si ces maladies de type grippal ont contraint la plupart des patients à ne pas aller au travail ou à l'école, elles étaient essentiellement bénignes et n'ont duré qu'environ trois jours.               

 

Les migrations pré et post nuptiales

Elles concernent  tous les types d’oiseaux comme les passereaux, les hirondelles, les oiseaux de mer ( qui se nourrissent souvent dans les décharges à ciel ouvert, voir de cadavres d’animaux ) les canards, les oies, les limicoles etc…

Ces migrateurs traversent et stationnent sur le territoire européen au passage comme à la remontée, principalement dans les réserves naturelles, les étangs pour les uns, les champs et bois pour les autres.

Récemment, la ville de Perpignan à été envahie par pus de 500 000 étourneaux, qu’il a fallu disperser et chasser avec des éffaroucheurs.

Le gouvernement  agissant au nom du principe de précaution a suivi les recommandations de l’UE, par la mise en place de mesures préventives, mais le danger n’est pas chez nous, à ce jour aucun cas de grippe aviaire signalé en France, ni dans l’UE.

Il faut intervenir et éradiquer tous les foyers existants et supposés à risque dans les pays concernés, là ou ils se trouvent en leur donnant les moyens financiers, médicaux, vétérinaires et sanitaires.

Quelles images déplorables vues à la télé, ou l’on voit des personnes munies d’équipements de sécurité attraper des volailles infectées, aidées par des enfants les manipulant à mains nues.

 

A cause de ces évènements extérieurs a la France, la chasse au gibier d’eau avec les appelants vivants subit des restrictions qui au vu de nos remarques sont totalement injustifiées. Les recommandations de l’UE, les avis des organismes scientifiques, permettent au gouvernement d’appliquer des mesures plus souples en ce qui concerne la chasse avec appelants. Nous vous demandons en accord avec le Ministre de l’Agriculture de discerner les volailles et autres animaux d’élevage des appelants qui sont une catégorie distincte car ni volaille, ni migrateur.

Nous vous demandons un nouvel Arrêté rédigé en concertation avec tous les organismes cynégétiques et avis de l’ONFSH.

 

Nous ne saurions conclure sans évoquer le statut des appelants hybrides, en effet lors de notre entrevue en févier 2005, nous vous avions fait part de la non prise en compte dans votre Arrêté appelants de la pratique du « malonnage », à cette époque un projet de circulaire évoquait le statut des appelants hybrides ( croisements entre espèces chassables), puis un communiqué de Monsieur Hubert Géant, Directeur de la Police de l’ONCFS (PJ N° 8)  nous informait d’être dans l’attente de la position du MEDD. Nous sommes toujours régis sur ce point par la Circulaire de J-M BALLU de 1996. Nous souhaiterions que le statut des hybrides soit inclus dans l’Arrêté Appelants comme le préconisait la circulaire.

 

Enfin a ce jour aucune nouvelle sur l’Arrêté des fermetures de la chasse, avez-vous déjà fixé ces dates, dans ce cas nous souhaiterions les connaître.

En vous remerciant de nous avoir écouter nous vous prions de croire Madame la Ministre en l’expression de notre haute considération

 

Le Président du SNCC

Serge CANADAS