S.N.C.C

Syndicat National de la Chasse

et des Chasseurs

Villa Saint Hubert

24370 Saint Julien de Lampon

( 05 53 29 05 94       Port : 06.18.35.29.82

Adresse  Internet

www.syndicatdelachasse.com           E-Mail : syndicatdelachasse@free.fr

 

 

St Julien de Lampon le 18 décembre 2006

 

Monsieur Allain Bougrain-Dubourg

Président de la LPO La Corderie Royale
BP 90263
17305 Rochefort cedex

 

Objet : Manifeste de la LPO pour l'élection présidentielle 2007

 

Lors de la réunion du 7ème congrès du Comité français de l'UICN en date du 13 novembre 2006 vous avez présenté "le manifeste de la LPO pour l'élection présidentielle 2007".

Je constate à la lecture de ce manifeste un programme chasse très marqué et une nette volonté de nuire au monde cynégétique.

 

Dans le même contexte, Nicolas Hulot a présenté les grandes lignes de son "pacte écologique", FNE son "manifeste FNE", le WWF France, "l'Alliance pour la planète" et la ligue ROC son initiative "ensemble pour la biodiversité".

Seule la LPO a parlé de chasse.

 

Bien que la directive européenne ne parle pas de date, la LPO a attaqué et attaque encore les chasseurs sous prétexte qu'au regard de la 79/409 on ne pouvait chasser en février pour cause de DEPENDANCE. Les chasseurs de bécasse ont fourni des études prouvant le contraire et aucun organisme, que ce soit Bird Life, LPO ou autre n'a pu contester cette étude. Et pour cause vous n’en aviez pas.

 

Aujourd'hui vous revenez à la charge sur la demande de non-chasse en février, toujours sans étude et en tentant, cette fois, de vous servir de votre pouvoir d’influence sur le monde politique.

Comment peut-on alors reprocher aux chasseurs de se politiser ?

Comment peut-on reprocher aux autres ce que l'on fait soi même ?

 

Monsieur Allain Bougrain-Dubourg, j’ai la nette impression que vous entretenez volontairement le conflit "Chasseur/anti-chasseur". Avez-vous besoin de cela pour crédibiliser votre présence au sein de la LPO ? Ou alors ce contentieux est-il votre raison d'être ?

 

Bien que vous m’ayez dit un jour, lors d’une rencontre dans le Médoc, que vous n’aimiez pas que l’on tue pour le plaisir, je vous invite à sortir du conflit pour que cesse cette division qui nuit à l’ensemble des usagers de la nature et savamment entretenue tant il est vrai qu’il est plus facile de casser du Groc que de s'atteler à la protection de nos campagnes et au retour d’un biodiversité tant nécessaire. Il y a certainement des compromis à trouver et des actions communes qui sont en suspens alors qu’ensemble elles pourraient aboutir.

 

Dans l’attente de votre réponse, je vous assure de ma sincérité et vous prie de croire en mes salutations respectueuses.

 

Le Président du SNCC

Serge CANADAS

 

 

Pour info à ceux qui ne connaissent pas ce manisfeste

 

Le manifeste de la LPO pour l'élection présidentielle 2007

 

Les 3 paragraphes sur la chasse

CHASSE

9. Dates ouverture et fermeture

Pour des considérations tant biologiques que sociétales (partage de l’espace avec d’autres usagers), la chasse ne doit être autorisée qu’entre septembre et le 31 janvier sans aucune dérogation, et fermée le dimanche dans tous les lieux où peut circuler le public.

10. Observatoire Faune sauvage

L’Observatoire National de la Faune Sauvage et des Habitats, qui n’a jamais traité d’autres sujets que la chasse aux oiseaux migrateurs, doit être supprimé et remplacé par un observatoire national placé sous l’autorité du Muséum national d’Histoire naturelle pour favoriser la

production d’études scientifiques et naturalistes indépendantes.

11. Plan de gestion des espèces chassables

Les espèces chassables en état de conservation défavorable doivent faire, d’urgence, l’objet d’un plan de gestion incluant notamment des mesures de limitation des prélèvements (moratoire, quotas ou PMA) tant que leur population ne sera pas revenue à un niveau satisfaisant.

 

 

Nous vous laissons apprécier la réponse de Monsieur Bougrain-Dubourg qui ne répond aucunement a nos questions et pour cause il n’en a pas.

Il prend l’échappatoire en nous parlant du Médoc, de l’Escrinet, de la Camargue, de ses rapports avec Monsieur le Président de la FNC ainsi que des accords FACE-BirdLife, dont je vous rappelle qu’il est le représentant officiel, alors que nos questions était tout autres.

Nous accusons Monsieur Bougrain-Dubourg de fuir le débat soit par lâcheté soit par manque d’arguments.

 

----------------------------------------------

 

S. N. C. C.

Serge CANADAS

Villa Saint Hubert

24370 Saint Julien de Lampon

 

Paris, le 18 décembre 2006

 

Monsieur le Président,

 

Suite à votre courrier du 18 décembre 2006, je tiens à apporter un éclairage à vos propos.

Si, lors du Congrès UICN les partenaires présentant leur plate-forme pour les présidentielles n'ont pas directement évoqué la chasse, c'est que ces diverses ONG ont un objectif commun et une complémentarité. Il était logique que la LPO, spécialement investie dans la biodiversité, traite de ce chapitre avec l'espoir de normaliser une situation en partie conflictuelle.

 

Contrairement à ce que vous pensez, et même si je conserve mon propre jugement sur la question, la LPO ne s'est jamais présentée comme abolitionniste à l'égard de la chasse. Elle souhaite seulement ‑ et cela me paraît élémentaire ‑ que les données biologiques soient clairement intégrées dans la gestion et que les textes actuels soient respectés, ce qui n'est pas le cas à bien des égards,

 

De plus, son voeu serait que, chaque fois que possible, une collaboration puisse s'installer entre les chasseurs et les associations de protection de la nature dans l'intérêt de cette dernière.

 

Or, que constatons‑nous ?

 

Que le braconnage se poursuit en Médoc, qu'il s'enracine dans les Landes avec les ortolans et les pinsons, qu'il s'installe en Camargue, qu'il perdure sur le col de l'Escrinet ou ses environs ... Que font les chasseurs « responsables » pour mettre un terme à cette situation de non‑droit ?

 

Pour preuve de ma volonté de collaborer, j'ai sollicité Monsieur de Ponchalon, président de la FNC, lors des voeux du Président de la République, afin que nous travaillions ensemble pour que les jachères ne deviennent pas l'otage des agro‑carburants. J'ai reçu d'emblée une fin de non‑recevoir !

 

Faut‑il, par ailleurs, vous rappeler qu'au moment de la signature de l'accord FACE‑BirdLife, les chasseurs français étaient les seuls à s'opposer à sa signature sur les 25 de l'Union Européenne ?

 

Dans le même temps, (et cela ne vous aura pas échappé) la LPO s'investit concrètement dans la préservation de la biodiversité sur le secteur agricole (CAD, mesures agro‑environnementales sur jachères, etc ... ). Elle souhaiterait être soutenue dans cette démarche par les chasseurs ...

 

Mes rencontres sur le terrain avec les chasseurs de perdrix grises dans le nord, m'ont également amené à plaider en leur faveur auprès du MEDD pour une relecture des dates de chasse de cette espèce

 

Vous le constatez, Monsieur le Président, mon propos n'est pas de « casser du Groc » comme vous le dites, mais d'agir avec détermination pour préserver le vivant dans l'espoir malheureusement improbable d'initier cette démarche avec les chasseurs.

 

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'exPression de mes respectueuses salutations.

 

Allain BOUGRAIN‑DUBOURG

Président de la LPO

Représentant officiel de BirdLife International

 

 

Cette info vous a plu ? Alors votez. Merci