S.N.C.C

Syndicat National de la Chasse

et des Chasseurs

 

Villa Saint Hubert

24370 Saint Julien de Lampon

 

( 05 53 29 05 94       Port : 06.18.35.29.82

Adresse  Internet

www.syndicatdelachasse.com            E-Mail : syndicatdelachasse@free.fr

 

 

Communiqué du SNCC

14 août 2008



Suite aux derniers accords de la table ronde de la chasse signés fin juillet, le SNCC émet des réserves et s’inquiète de l’avenir de la chasse.

 

Le moratoire de 5 ans, pour ne pas dire la suppression, des 3 espèces, courlis cendré, barge à queue noire et eider à duvet, est pour nous le début de la fin. Ces 3 espèces ne seront plus chassées, comme toutes les espèces protégées en surnombre aujourd’hui.

 

Si l'on rajoute la possibilité pour les ornithologues de mettre un moratoire sur le chevalier gambette, le bécasseau maubèche, la barge rousse et le courlis courlieu, ce qu'ils feront, soyez en sûr, suite à leurs études, la chasse sur le DPM sera mal en point. Et après tout, ne serait-ce pas le but  inavoué de nos opposants d’affaiblir la chasse sur le DPM ?


Les chasseurs diminueront et l'affaiblissement de la chasse au gibier d'eau laissera la porte ouverte à d'autres attaques.

La chasse de nuit est en danger.


Le paravent qu'aura été la chasse du gibier d'eau pour les autres modes de chasse risque de ne plus exister à court terme car trop affaibli. On verra alors les demandes de nos opposants se multiplier.

Les chasses déjà attaquées seront leur 1ère  cible : la chasse à courre, la chasse à la bécasse, à la bécassine, la chasse aux grives et les traditions en Provence qui s'y rattachent, (la chasse à la glue), l’utilisation des appelants (anatidés, turdidés, colombidés), le piégeage, etc .....
Si on rajoute que nos opposants demandent*, et ce sont les mêmes qui étaient autour de la table ronde de la chasse, la possibilité de mettre, dans l'avenir, un moratoire sur les espèces en situation défavorable alors oui nous sommes inquiets pour l'avenir.

*  =  www.syndicatdelachasse.com/actu08/aout/com-aspas.htm

 

La suppression de l’observatoire national de la faune sauvage et de ses habitats au profit du GECO (Groupe d’Experts sur la Chasse et les Oiseaux) est une décision qui ne nous sera pas favorable. D’autant qu’il est dit que le Muséum National d’Histoire Naturelle sera chargé d'apporter les données du Système d’Information.

Le GECO propose les orientations qui en découlent en matière de gestion des espèces, des dates de chasse, des plans de gestion et de prélèvements maximum autorisés. Il peut s'auto-saisir sur toutes les études qu'il estimerait opportunes.

Il est rajouté au sujet de la gestion des espèces :

Les parties signataires ont convenu pour les oiseaux d’eau et de passage :

- de s’engager de façon résolue dans la gestion de ces espèces en tenant compte de leur état de conservation.

Adieu bécasse et bécassine….

 

Trop de pouvoir, à notre sens, pour ce genre de structure surtout quand on sait que les idées du muséum sont opposées aux nôtres, on est largement en droit d’être inquiet.

 

La prochaine table ronde de la chasse sur les dates de fermeture de la chasse ne nous rend pas optimiste.

Notre passion est en danger. Le SNCC appelle les chasseurs à la vigilance.