Syndicat National de la chasse

BP 311

13366  Marseille  cedex  11

 

Communiqué de presse du 22 juillet 2002

 

Le 18/07 au journal de 20H sur TF1, on commente la réponse de Y. COCHET concernant l'abrogation de son décret. Il aurait même cité sa fameuse phrase «Le peuple mitrailleur contre le peuple migrateur »

Le 19/07 à 7h du matin, sur EUROPE 1, le porte-parole des Verts, Denis BAUPIN, a tranquillement expliqué aux Français qu'avec l'abrogation du décret Cochet, "les chasseurs pourraient désormais chasser des espèces protégées..." . Ce qui est bien sur, totalement faux. Ce ne sont que des propos fallacieux émanant de la bouche d’un VERT, qu’FR3 dès le lendemain se plaisait à relayer sur le petit écran.

Il s’agit uniquement d'un décret annulé. Aucune date d’ouverture de la chasse n'est encore arrêtée. Le monde de la chasse, comme les opposants à la chasse sont pour une fois aux aguets pour la même chose. Le SNCC ne peut rester insensible à une telle désinformation des téléspectateurs. La chasse n'a pas à souffrir en plus de propos erronés volontairement par les verts à leur seule fin politique et appuyés en cela par des médias de niveau national.

Les verts entament (ou poursuivent) avec la complicité de ces médias leur campagne de désinformation. Une fois de plus, l’information est dirigée, quelque peu orientée et manque d’objectivité !  Fournir l’information est le rôle du journaliste mais la diriger n’est pas nécessairement son métier.

Les Verts n’ont eu de cesse que de combattre la chasse. Ils sont plus préoccupés par leur propre courant que par celui de nos rivières. Personne n’a été dupe au cours des dernières élections. Le citoyen un instant séduit s’est vite rendu compte de la mystification intellectuelle que représente ce mouvement et dont on cherche les résultats écologiques. Normal, me direz-vous, la planète n’a jamais été aussi malade, l’eau, l’air, la nourriture, l’effet de serre, les farines animales, les poulets à la dioxine, le littoral de la Bretagne, le sang contaminé, Toulouse, la liste est loin d’être exhaustive. Et certains journalistes osent se faire les complices d’un tel mouvement. Mouvement qui n’a rien fait dans le domaine supposé être de leur compétence.

On tente une fois encore de faire passer les chasseurs pour les grands destructeurs de la nature, ceux qui ne respectent rien ni personne.
Comment l'opinion publique ne pourrait-elle pas trouver cela inadmissible en entendant qu’un son de cloche ?

Il suffit de lire les rapports Ornis, Lefeuvre, Wetlands, Birdlife et même le livre rouge des espèces menacées en France (guide spirituel de certains anti-chasse), pour comprendre. Certaines espèces sont données à la hausse par Wetland et à la baisse par Birdlife ou inversement. Les dates d'envol des sites d'hivernage ou de nidification sont quelquefois différentes entre Lefeuvre et Ornis. Wetland apporte une explication, justifiant que les zones de migration ou d'hivernage ont pu changer et donc ne sont pas forcement comptées, que le nombre d'observateurs varie et que les sites ne sont pas forcement les mieux choisis d'autant que 80% des zones humides appartiennent à des particuliers.

Dernier exemple en date, la population de la bécassine sourde s'est vue réajustée, passant d'une "fourchette" 25 000 / 1 000 000 à 150 000 / 3 000 000 soit de 1 à 6 pour le mini et de 1à 3 pour le maxi sachant que la marge d'erreur est passée de 97.5 à 95 % !!!

Voilà ce qu’auraient du savoir les journalistes : que même les hommes de sciences ne sont pas d’accord entre eux ! Alors comment peux t’on croire à la crédibilité d’un Cochet ou d’un Baupin ?

Il vous appartient messieurs les journalistes d’accorder un droit de réponse aux chasseurs que nous sommes en publiant ce communiqué de presse.

 

D’avance merci

Serge CANADAS

Président du SNCC

www.syndicatdelachasse.com